Simulation des tubes électroniques

La simulation des tubes électroniques utilise les techniques générales de simulation informatique beaucoup utilisées dans l'industrie électronique.



Catégories :

Tube électronique - Composant actif - Composant électronique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Simulation électromagnétique - Modèles et optimisation - Modèles et ... Quelles sont les performances actuellement accessibles aux tubes électroniques ?... (source : techniques-ingenieur)
  • Le transistor boutonneux à simulation, non merci, mais chacun ses goûts... Retourner vers Matériel ancien, vintage - Tubes electroniques... (source : cinetson)

La simulation des tubes électroniques utilise les techniques générales de simulation informatique beaucoup utilisées dans l'industrie électronique. Les logiciels utilisés sont nombreux et ils sont presque tous basés sur SPICE, un simulateur réalisé par l'université de Berkeley à Los Angeles dans les années 1970 à 1980.

Spécificité des tubes électroniques

Pour la majorité des composants, de nombreux fabricants fournissent directement les modèles de leurs composants, modèles qui seront utilisés par le logiciel de simulation. Ces modèles des fabricants permettent de disposer de données fiables conduisant à des résultats corrects. De tels modèles n'existent pas avec les tubes électroniques d'usage courant. Leurs utilisateurs en sont par conséquent réduits à faire leurs propres modèles à partir des courbes des caractéristiques des tubes qu'ils utilisent. Qui plus est , ces modèles sont le plus souvent réalisés pour être utilisés avec des versions libres de logiciels commerciaux, versions qui ne permettent de ne réaliser que des simulations comportant un nombre réduit de paramètres. Ce n'est que récemment que des logiciels libres comme Geda ou LTspiceIV de Linear Technologie ont atteint un niveau de maturité suffisant pour concurrencer les logiciels commerciaux.

Les modèles utilisables

Ces modèles ont suivi une longue évolution, résultat de nombreux efforts intellectuels. Ils sont cependant dans la majorité des cas une simplification du comportement réel du tube modélisé comme c'est la cas des modèles proposés en 1989 par la société Intusoft. Généralement, plus le nombre d'électrodes du tube augmente, plus le modèle s'écarte du composant réel. Leur principal défaut était de ne modéliser correctement que le courant d'anode, et dans le cas des tubes multigrilles, que pour une tension G2 fixe.

En 1993, Charles Rydel confie à la société Excem la diffusion de sa première édition d'une bibliothèque contenant plus de 40 tubes, diodes, triodes, tétrodes et pentodes BF. En 1995, il a exposé au 98e congrès de l'ÆS son travail sur les modèle comportementaux pour la diode, la triode, la penthode mais aussi la tétrode à faisceaux dirigés et prenant en compte l'ensemble des paramètres utiles pour une simulation réaliste (SIMULATION OF ELECTRON TUBES WITH SPICE", ÆS preprint 3965). Ces modèles ont été créés en utilisant le logiciel MathCad.

Un chercheur italien, Stefano Perugini, a ensuite proposé, dans Glass Audio en 1998, un modèle de diode[1]. Il propose aussi un résumé[2] des différentes méthodes de simulation des tubes électroniques.

Pour la triode, différentes approches existent. Actuellement, celles de Rydel et de Koren donnent de les meilleurs résultats. Dans le cas des models de RYDEL le courant de grille écran et son interaction sur le courant d'anode sont donnés. Il existe toujours l'approche de Maillet qui est plus adaptée à des logiciels mathématiques tels que Matlab qu'aux différentes variantes de Spice (auxquelles cette approche pose de gros problèmes de convergence) et qui ne donne de bons résultats que dans la gamme de valeurs pour lesquelles les polynômes auront été caractérisés lors du développement du modèle.

Nous retrouvons diverses approches avec la pentode, et même dans le cas où le courant de G2 est modélisé, son interaction sur le courant d'anode ne l'est pas, sauf dans le cas du modèle de Rydel qui est le plus complet et permet surtout d'introduire un potentiel G2 variable et de simuler des étages de puissance à pentodes genre EL34 ou tétrodes genre 6L6 en ultralinéaire, cela dès sa présentation au congrès de l'ÆS en 1995. En outre des simulations d'étage type McIntosh, où la grille écran est mise à contribution, donneront des résultats convaincants. Plus tard, Broydé et Clavelier ont aussi présenté des modèles à 20 paramètres extrêmement particulièrement élaborés, prenant en compte en outre les filaments, cela dans le cadre d'une démarche plus physique que phénoménologique. Le travail de Charles Rydel est disponible sur le site Excem : http ://www. eurexcem. com/cluba/tubery-a. htm où se trouvent aussi les démarches de Broydé & Clavelier. Les considérations de ces derniers sont lisibles ici : http ://www. excem. fr/papers/tub97. pdf

Compte tenu des variations en production qui sont fréquemment de +-30%, les résultats d'une simulation de tubes électroniques devront être reconnus avec prudence tout comme le sont les simulations à base de Mos. Ils pourront être corrects pour une diode, pour une triode utilisée en classe A mais aussi pour une pentode utilisée en classe A et avec un potentiel fixe de G2, mais des divergences importantes pourront être observées dans les autres cas, surtout en classe C, la plus utilisée en RF.

Heureusement, le développement de meilleurs modèles pour les tubes à vide continue. Les scientifiques sont conscients du problème et souhaite perfectionner les modèles existants. [3]

Un logiciel en version 1.2 et servant à compiler des triodes existe pour Pspice : http ://www. chemroc. com/PSPICE. html mais il n'est pas documenté.

Notes

  1. digilander. libero. it, Stefano Perugini, Vaccum diode Models & PSpice simulations, repris de Glass Audio, 1998.
  2. digilander. libero. it, Spice Models for Vaccum Tubes (A Survey) .
  3. Compte rendu d'une discussion sur les modèles Spice de tubes électroniques

Voir aussi


Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Simulation_des_tubes_%C3%A9lectroniques.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu