Magnétron

Un magnétron est un système qui transforme l'énergie cinétique en énergie électromagnétique, sous forme de micro-onde.



Catégories :

Tube électronique - Composant actif - Composant électronique

Magnétron
Magnétron
Magnétron de four à micro-ondes

Un magnétron est un système qui transforme l'énergie cinétique en énergie électromagnétique, sous forme de micro-onde.

Histoire

L'oscillation électromagnétique entre deux pôles a été développée durant les années 1920 par Albert Hull [1] du laboratoire de recherche de la General Electric à Schenectady, New York, un dispositif peu efficace. Par la suite, la première cavité résonnante a été créée par le tchèque Augustin Žáček, professeur de l'université Charles de Prague. Ce principe a été suivi à la fin des années 1930 pour créer le magnétron pour apporter au radar naissant une source radio-électrique puissante (plusieurs centaines de watts) et de longueur d'onde centimétrique donnant la possibilité un plus fine résolution de détection. Les oscillateurs à tubes utilisés jusque là étaient incapables d'apporter de telles puissances (d'où une portée insuffisante des radars) et des fréquences élevées (d'où une discrimination angulaire faible).

Le magnétron permettait des fréquences élevées, de 250 MHz à 3 GHz (ondes décimétriques), et au-delà de 3 GHz (ondes centimétriques). L'usage des ondes centimétriques a permis la réduction de la taille des antennes et ainsi la construction de radars embarqués dans les bateaux en premier lieu, puis les avions. Le Normandie sera ainsi le premier paquebot équipé d'un radar essentiellement pour détecter les icebergs en 1935.

Il y a une controverse sur le développement de cet appareil durant la Deuxième Guerre mondiale, l'équipe de Maurice Ponte à la CSF se réclamant l'auteur des premiers prototypes d'un magnétron puissant amenés en Grande-Bretagne au début de la Deuxième guerre mondiale. D'un autre côté, les Anglo-Américains maintiennent que Sir John Randall et Harry Boot sont les auteurs d'importantes améliorations de cet appareil au début de 1940. En réalité, il s'agit de deux types différents de magnétrons, le prototype de Ponte est un magnétron à anodes fendues dans un tube à vide tandis que le britannique est un magnétron à cavité qu'on connait désormais.

Une chose est sûre, l'envoyé de la Mission Tizard, Edward George Bowen, remit un exemplaire de magnétron à cavité aux Américains pour pouvoir le fabriquer à grande échelle, la Grande-Bretagne n'ayant ni les moyens financiers, ni les infrastructures en cette période complexe. Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) créa par conséquent le Radiation Lab pour l'étude et le développement de magnétrons plus peaufinés. Les progrès technologiques apportés au magnétron (cavités) ont apporté aux Alliés une avance technologique qui a joué un rôle prépondérant dans l'issue de la Deuxième Guerre mondiale. Les Allemands ont aussi poursuivi des recherches en ce domaine et Hans Hollmann de Berlin a pris un brevet en 1935 sur un magnétron à multiples cavités résonnantes que l'armée allemande délaissa au profit du klystron plus stable en fréquence.

Principe de fonctionnement

Le magnétron est un tube à vide sans grille d'arrêt, avec une cathode centrale, chauffée par un filament, et une anode massique et concentrique dans laquelle sont creusées plusieurs cavités résonnantes. Un champ magnétique axial, le plus souvent créé par deux aimants permanents à chaque extrémité du tube. Le parcours en spirale (du fait du champ magnétique) des électrons se fait à une fréquence accordée aux cavités résonnantes.

Le magnétron étant auto-oscillant, il permet des montages simples, comme dans les fours à micro-ondes. Les puissances disponibles sont de l'ordre de quelques kW en continu (des MW crête) à 3 GHz et de centaines de watts (des centaines de kW crête) à 10 GHz. Des magnétrons sont disponibles jusqu'à 35 GHz (bande Ka). Pour obtenir ces puissances une tension électrique de plusieurs milliers de volts est indispensable.

Par contre, les caractéristiques de l'onde produite (phase surtout) sont difficilement maîtrisables ce qui a longtemps limité son emploi. L'introduction du verrouillage par injection a permis une grande avancée dans ce domaine. Il est ainsi devenu envisageable d'étendre l'utilisation du magnétron, nettement moins onéreux que les autres systèmes hyperfréquences.

Utilisation

Actuellement, le magnétron a deux usages principaux :

Références

  1. J. Voge, Les tubes aux hyperfréquences, Eyrolles pp. 130-131.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Magn%C3%A9tron.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu